La natation dans l’antiquité

Les formes de vie que nous connaissons sur Terre supposent l’existence de l’eau.

Depuis la plus haute antiquité les hommes ont été confrontés à l’élément liquide.

Ils ont appris à l’utiliser et s’y déplacer de plus en plus loin et de plus en plus économiquement.

Hiéroglyphe égyptiens représentant une personne nager le crawl

L’existence de ce hiéroglyphe qui signifie « nager » date de plus de 5000 ans.

Il prouve que le crawl, forme élaborée et simple, n’est pas d’apparition récente.

C’est pourtant ce qu’affirme la littérature spécialisée à laquelle il est fait souvent référence lorsqu’elle tente d’expliquer l’apparition de ce mode de nage dans et pour la pratique compétitive de notre continent.

A la différence de beaucoup d’animaux, l’être humain ne nage pas spontanément, il doit apprendre.

L’apparition de la nage humaine s’est développée à partir d’apprentissages spontanés, qui supposent répétitions et durée, dans toutes les régions tempérées ou chaudes de notre globe.

Un savoir faire plus ou moins élaboré s’est construit, s’est transmis au cours des âges.

Il existe désormais une culture natatoire singulièrement développée et mondialement partagée avec la pratique sportive réclamant toujours plus d’efficacité et de puissance.

La natation caractérise un certain type de relations de l’homme et de l’eau profonde (une profondeur supérieure à la taille du nageur) qui exclut l’usage d’engins ou d’accessoires dans la locomotion.

La natation de 1896 à 1950

L’apprentissage de la natation au régiment en 1900

Loin d’être une activité partagée et pratiquée par le plus grand nombre de nos concitoyens, la natation a longtemps été réservée à quelques initiés jugés téméraires, s’exerçant à la belle saison dans les rivières et les lacs.

Les premières manifestations festives et publiques de natation laissaient une large part au spectacle, aux plongeons à partir de plates-formes élevées et aux exploits en immersion (record de durée sous l’eau), aux « traversées »(longues distances) avant que soient introduits courses et water-polo.

En France, l’apparition de lieux spécifiques à l’initiation et à la pratique coïncide avec le début de l’époque industrielle.

La première piscine (50 x 12 m) est ouverte à Paris en juin 1884 et suivie de deux autres en 1885 et 1886.

La relative prolifération des piscines ne date que de ces quarante dernières années du XXe siècle et les tentatives de systématisation de l’apprentissage de la natation à l’école du dernier quart de siècle.

Avant de se diversifier, la natation enseignée voulait que l’on apprenne une nage et préalablement les mouvements. Ce point de vue à perduré jusque dans les années 1950.

De nos jours encore, nombre de pratiquants de notre pays n’a pas accés à une culture de la natation et s’adonne à une brasse dite classique, la tête en permanence hors de l’eau.

Certaines personnes n’ayant pas trouvé la solution ventilatoire nagent sur le dos. Plus rares ont été ceux à qui on a proposé de s’initier par le crawl.

Parallèlement à la pratique populaire évoluant assez peu, s’est développée une pratique sportive progressivement institutionnalisée et connaissant de ce fait de profondes transformations dans son incessante évolution.

Les premiers exploits dans l’eau ont été des parcours de distance et non de vitesse.

Les premiers Jeux Olympiques modernes d’Athènes en 1896 ne comportaient que 3 épreuves de natation (100, 500 et 1200 m), le mode de nage n’était pas encore précisé.

Ces épreuves se sont déroulées en mer près du port du Pirée.

1er Jeux Olympiques de natation en 1896

La natation est considérée en premier lieu comme une locomotion dans l’eau.

Nager c’est parcourir une certaine distance dans l’élément liquide.

La nage humaine doit résoudre une première contradiction fondamentale: le nageur doit à la fois s’immerger pour être le moins possible freiné dans son déplacement et se retrouver en surface pour assurer son approvisionnement en oxygène.

Elle doit aussi résoudre l’autre contradiction:

pour se déplacer plus facilement dans l’eau, le nageur doit quitter son orientation verticale de terrien et se mettre à l’horizontale pour nager efficacement.

La natation après 1950

Le programme des 1000 piscines

Ce programme a été lancé dès 1969 en France par le secrétariat d’état chargé de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, sous le titre « 1000 piscines ».

Il avait pour but l’apprentissage de la natation, suite aux mauvais résultats des nageurs français aux Jeux Olympiques d’été de 1968.

En effet, avant cette date la France manque cruellement d’infrastructure pour enseigner au plus grand nombre la natation.

Entre 600 et 700 piscines ont été construites, de plusieurs types dont 183 exemplaires pour la piscine Tournesol sur les 250 prévus.

Une piscine Tournesol

L’apprentissage de la natation en milieu scolaire

Le « savoir-nager »

Il correspond à une maîtrise du milieu aquatique permettant de nager en sécurité dans un établissement de bains et (ou) dans un espace surveillé (piscine, parc aquatique, plan d’eau, etc…).

Le savoir nager doit être acquis dès la classe de 6éme et au plus tard en fin de 3éme.

Cet apprentissage commence à l’école primaire et, lorsque c’est possible, dès la grande section maternelle.

Il doit répondre aux enjeux fondamentaux de l’éducation à la sécurité et à la santé mais aussi favoriser l’accès aux diverses pratiques sociales, sportives et de loisirs.

Le développement du pratiquant

L’activité de la natation ne permet pas seulement d’apprendre aux élèves (adulte ou enfant) à nager mais également à se construire comme être humain, tant au niveau individuel que social.

Individuel

Le fait d’être séparé de ses parents (pour les plus jeunes) et de se retrouver dans un nouvel environnement que l’on ne maîtrise pas peut, forcément, déstabiliser le nouveau pratiquant.

Le rendre autonome dans l’eau n’est pas la seule priorité.

Il doit être en mesure de se préparer seuls pour que l’activité se déroule le mieux possible.

Social

Les échanges entre les pratiquants emmènent un enrichissement de l’activité.

Ils doivent apprendre par eux-mêmes et quoi de mieux que de s’éduquer ensemble?

Les notions de partage et d’entraide viennent alors naturellement.

Travailler 2 par 2 ou s’observer pour trouver des solutions et s’améliorer donnent une approche originale et ludique de l’enseignement.

Nouvelle méthode d’éducation

La pédagogie de l’action, la méthode Catteau

Elle consiste à laisser l’élève apprendre et se construire par lui-même.

L’élève doit être mis dans différentes situations dans lesquelles il soit à la fois sujet apprenant mais aussi acteur de son apprentissage à d’autres moments.

  1. Le corps flottant
  2. Le corps projectile
  3. Le corps propulseur

En donnant des exercices avec des critères simples de réussite à l’élève, on va lui faire vivre des essais et des erreurs suivis d’une situation de résolution de problème.

Pour les élèves qui ont des difficultés, on peut leur proposer des tâches spécifiques pour les aider à réussir les critères de départ.

Conclusion

Depuis l’antiquité, à travers les différentes gravures et dessins retrouvées, les Hommes ont dû trouver les moyens de se déplacer de façon efficace dans l’élément liquide.

Les techniques de nage n’ont pas beaucoup évoluées depuis ces temps reculés.

L’apprentissage dans les années 1900 et bien différents celui actuel.

Finis le temps où on devait apprendre les mouvements par coeur hors de l’eau puis ensuite dans l’eau.

Finis également le temps où le maître nageur prenait les élèves et les jeter directement à l’eau.

Désormais, le pratiquant qui souhaite apprendre à nager est lui-même l’acteur de son apprentissage grâce à la nouvelle vision de Raymond Catteau.

N’hésitez pas à venir dans les piscines pour découvrir ce merveilleux monde qu’est le milieu aquatique.

Bonne journée à tous.

Leave a Reply